Isabelle Flourac, encres et aquarelles

Artiste voyageuse résidant à Martinet (85)

Au creux de mon arbre, entre racines et voyages

Au creux de mon arbre, entre racines et voyages

Durant un voyage qui dura 27 mois, je n’ai pas eu de maison. J’ai longtemps observé les arbres. Très vite, je me suis sentie chez moi au milieu des racines. J’ai touché la texture de leur écorce, observé leurs visages et leurs corps. Je ne connaissais pas leur nom mais ils m’enveloppaient et me servaient de repaire. Arbre chamanique sur le lac Baïkal, arbre-usine à Taïwan, écorce aux baisers dans la jungle du Taman Negara, arbres aux formes humaines au détour d’une forêt, cep danseur au milieu des vignes… ils ont tous leur petite histoire…

Retrouvez mes arbres du monde entier à la galerie Minage, à Clisson (44), du 12 avril au 2 mai 2016.

Exposition ouverte (présence de l’artiste) :
- mercredi, samedi, dimanche : 15h à 19h
- vendredi : 10h à 13h

contact :

Le Voyage en Bouriatie

A l’occasion de cette exposition, je propose une lecture de mes récits de voyage le 23 avril 2016 à 17h30. Il s’agira d’un extrait de mon carnet de voyage « De St-Nazaire à Kuala Lumpur ». « Le voyage en Bouriatie » évoque plus particulièrement des aventures sibériennes et mongoles.

Extrait.

C’est l’inconnu, la découverte, la soif des grands espaces, la sensation, encore, d’un autre espace temps, d’une autre réalité. En Mongolie, l’ambiance est parfois rude et rustre. Ne traînant pas à Ulan Bator, capitale bruyante et polluée, je prends un bus de nuit pour Moroon. Il s’élance sur la route, puis rapidement, sur une piste interminable. Une journée de voyage plus tard, des maisons aux allures de western. Encore. Comment peut-on résister au grand froid dans ses maisons en bois ? Le grand froid, justement, il arrive. La première nuit sous la yourte est fraîche. Le lendemain, le sol est blanc de neige. C’est le moment que choisit ma voisine de yourte, Amaryllis, pour aller camper par -20°C. Elle me racontera, un an plus tard, la nuit dans sa tente. Comment dans le froid, l’eau renversée de la casserole devient glace, le chiffon servant à l’essuyer se fige. Comment au réveil, le saucisson devient pierre, Les vêtements, le sac de couchage et la tente gèlent.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 15 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :